L’objectif de Bretagne Réunie est la réunification des 5 départements bretons dans une seule région administrative et politique Bretagne. Bretagne Réunie a conscience que ce juste retour à la réalité historique, culturelle et économique de la Bretagne peut entraîner une modification des Régions administratives de l’Ouest de la France. Pour Bretagne Réunie, il appartient d’abord aux populations concernées de se positionner et de décider elles-même démocratiquement des limites régionales qui leur conviennent le mieux.
En complément de la réunification de la Bretagne et de la Normandie, plusieurs possibilités existent de redécoupages des Régions de l’Ouest de la France. Bretagne Réunie propose à la réflexion deux variantes possibles.

Le territoire de la Bretagne se caractérise par une remarquable stabilité. Les frontières de la Bretagne se stabilisent vers 850. D’abord un royaume sous Eripsoé, reconnu au traité d’Angers (851), elle devient ensuite un duché indépendant. Après le traité d’Union de 1532, la Bretagne devient, la Généralité de Nantes ou le Gouvernement Général de Bretagne. Les limites territoriales restent inchangées et le comté de Nantes en ferra toujours parti sans aucune interruption. Les zones contestées entre la Bretagne, l’Anjou et le Poitou, désignées sous le terme de Marche, sont reconnues comme telles et ne changent pas non plus.

1790 : La départementalisation du duché de Bretagne

convention 1790

source : Carte géométrique Ogée Archives nationales

La carte, une ancienne carte de 1771, est signée par les députes bretons le 20 février 1790 (les signatures figurent au bas de la carte). A noter que les députés ont respecté les limites de l’ancien duché et les circonscriptions judiciaires appelées présidiaux. Les marches ont été divisées équitablement et dans certains cas les communes concernées furent consultées.

1859 : Création des diocèses de Nantes et Rennes

En 1859, le diocèse de Nantes n’est pas rattaché au nouvel archidiocèse breton de Rennes. L’évêché (ou diocèse) de Nantes, tout comme les diocèses d’Angers, Laval, Le Mans et Luçon, reste rattaché à l’archidiocèse de Tours comme depuis son origine.

1941 : Décret Pétain-Darlan

Le décret Darlan-Pétain du 10 juin 1941 Ce décret crée une super préfecture à Rennes pour une Région Bretagne” sans la Loire-inférieure, rattachée à une région “Loire” dont Angers est capitale (super-préfecture). Tentative de régionalisation sans lendemain mais déjà se manifeste le refus du pouvoir central de reconstituer la Bretagne dans ses limites historiques.

1956 : Arrêté ministériel du 28 novembre 1956

La région administrative des Pays de la Loire fut créée en 1955, par arrêté ministériel du 28 novembre 1956 signé sous la Quatrième République en même temps que les autres régions lors de l’instauration des régions de programme.

1965

La dernière locutrice native du breton meurt à Batz-sur-Mer, au village de Kermoisan, en 1965

1955 -1982 : Les régions des technocrates selon le découpage de Serge Antoine

1959 découpage serge antoineCrées par les décrets du 31 juin 1955, puis du 7 janvier 1959 et du 2 juin 1960 et enfin la Loi Deferre de 1982. La Bretagne est amputée de la Loire Atlantique.Voir le premier décret créant la Bretagne à 4 départements et la région Pays de la Loire

 

La réunification de la Bretagne

Première variante. La Région Pays de Loire, sans La Loire-Atlantique, constitue une région à 4 départements avec la Vendée, La Mayenne, Le Maine et Loire et la Sarthe. Cette variante a l’avantage d’être réalisable immédiatement.

La réunification de la Bretagne, la Réunification du Poitou et la réunification de la Normandie (d’après Pierre-Yves Le Rhun)

Deuxième variante. Avec une Région Vendée-Poitou-Charente, cette option est présentée dans l’ouvrage “Géographie et aménagement de la Bretagne” de Joseph Martray et Jean Olivro, Editions Skol Vreizh 1994, d’apràs une carte de Pierre-Yves Le Rhun. Cette option est également défendue dans le livre “La Bretagne Réunifiée”, Editions Les Portes du Large 2001, par Jean Ollivro et Joseph Martray. L’idée de la réunification du Poitou est également reprise par l’avocat vendéen Raoul Mestre dans un ouvrage “Plaidoyer pour la réunification de la Vendée et du Poitou Charente” Editions Unicom 2004.